FANDOM


En 1532 est publiée une œuvre anonyme, Les grandes et inestimables croniques : du grant et enorme geant Gargantua. Dans Gargantua, Rabelais se moque particulièrement des moines, qu’il a longtemps fréquentés dans ses divers couvents (les Cordeliers et les Bénédictins) auxquels il s’est confronté en voulant lire la Bible dans la langue originale. Il se moque aussi des théologiens de la Sorbonne qu’il nomme les « caffars ».

En effet, ses écrits ont été censurés à plusieurs reprises par cette université de théologie. Sans la protection du roi, de sa sœur Marguerite de Navarre et du cardinal du Bellay, Rabelais n’aurait peut-être pas pu publier ses ouvrages, d’abord édités sous le pseudonyme D’Alcofribas Nasier, anagramme de François Rabelais.

Intrigue

Adaptations

En littérature

  • Jean-Luc LANGLAIS, Sébastien MOURRAIN (illustrations), Gargantua, 2014. Littérature jeunesse.
  • Marc ROZANSKI, Le Noël de Gargantua, 2015.
  • Jean-Sébastien BLANCK (adaptation), Gaëtan NOIR (illustrations), La vie très horrifique des géants Gargantua et Pantagruel, 2018.

En bandes dessinées

  • Dino BATTAGLIA, Gargantua, 2001.
  • Jean-Yves MITTON, Michel RODRIGUE, Les truculentes aventures de Rabelais, 2002. En deux tomes : Salade de spadassins à la Léonard et Fricassée de fripouilles à la Gargantua, Hors collection.
  • Laura BERTRAND, Fais ce que voudras, 2014.

Au théâtre

  • ARMORY (livret), Antoine MARIOTTE (musique), Gargantua : scènes rabelaisiennes en 4 actes, Opéra-Comique à Paris, 1935.
  • Jacques NICHET, Les guerres picrocholines, Théâtre du Vieux-Colombier à Paris, 1967. Reprise en 1969.
  • Jean-Louis BARRAULT, Rabelais, Elysée-Montmartre à Paris, 1968. Reprise en 1969.
  • Pierre BARRAT, Rabelais en liesse, Place Saint-André à Grenoble, 1974. Opéra-choral.
  • Marc NORMANT, La Guerre picrocholine 2, Quartier de Caucriauville à Le Havre, 1975.
  • Alain RAIS et Yves PIERGIOVANNI, Gargantua, Vienne, 1977.
  • Yvon PRADE, Les Folies de Gargantua, Montpellier, 1979.
  • Monique GALVIN, Maman Gargantua, Ar-Baradoz à Paris, 1979.
  • Tréteaux d'Angoulême, Picro... Picro... Picrochole..., Duras, 1979.
  • Sébastien AZZOPARDI, Les classiques contre-attaquent, Théâtre de la Huchette à Paris, 2002.
  • Christophe BIHEL, Rock around Gargantua, Sémaphore à Cébazat, 2007.
  • Julien MELLANO, Gargantua, Théâtre de l'Espace à Besançon, 2010.
  • Philippe VALLEPIN, La Dive Bouteille, Châtellerault, 2017.
  • Emilien DIARD-DETOEUF et Sophie GUIBARD, La Vie trèshorrificque du grand Gargantua, L'Hectare à Vendôme, 2017.

Au cinéma

  • Bradford MAY, La créature des profondeurs, Américain, 1998.

Iconographie

Cette galerie d'images est ordonnée chronologiquement et donne à voir la diversité iconographique inspiré par l’œuvre.


Sources

  1. Édition originale - Notice BnF
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Édition de 1534 publiée sous nom d'auteur - Notice BnF
  3. 3,00, 3,01, 3,02, 3,03, 3,04, 3,05, 3,06, 3,07, 3,08, 3,09, 3,10, 3,11, 3,12, 3,13, 3,14, 3,15, 3,16, 3,17, 3,18, 3,19, 3,20, 3,21, 3,22, 3,23, 3,24, 3,25, 3,26 et 3,27 Documents iconographiques - Notice BnF
  4. 4,00, 4,01, 4,02, 4,03, 4,04, 4,05, 4,06, 4,07, 4,08, 4,09, 4,10, 4,11, 4,12, 4,13 et 4,14 Édition de 1542 - Notice BnF
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3 et 5,4 Édition des Œuvres de maître François Rabelais, 1789 - Notice BnF
  6. Estampe d'auteur inconnu, datée entre 1790 et 1792 - Notice BnF. Légende : « Le fameux glouton nommé Gargantua suivis des cardingots, des evégots, des abbégots et des capucingots, oiseaux très sales, très puants et très voraces ; se transporte monté sur une jument avec sa famille, et va consulter l'Oracle de la Dive Bouteille sur les évènements futurs, mais les destinés qui sont écrites sur les deux tablettes pendantes à deux chaînes arrêtent et saisissent d'étonnement cette suite grotesque. Gargantua, seul digne successeur de Pantagruel persiste à savoir le secret de la Bouteille qui après un bourdonnement épouvantable fait sauter le bouchon, se fend et prononce le mot 'Trinke' et le grand prêtre saisi de respect se promet de suivre les décrets du destin. Dans le fond, on voit un papegot et trois têtes couronnées qui attendent le résultat de la consultation. »
  7. Estampe d'auteur inconnu, vers 1800 - Notice BnF. Légende : « Réveillez vous belle endormie // Du grand gobeur des gastronomes, / Admirez le friant tableau ; / Il prend les dindons pour des pommes, / Un cochon pour du fricandeau. »
  8. Estampe d'auteur inconnu, vers 1805 - Notice BnF
  9. 9,0, 9,1, 9,2, 9,3 et 9,4 Édition des Frères Deckherr, entre 1812 et 1832 - Notice BnF
  10. 10,00, 10,01, 10,02, 10,03, 10,04, 10,05, 10,06, 10,07, 10,08, 10,09, 10,10, 10,11, 10,12, 10,13, 10,14, 10,15, 10,16, 10,17, 10,18 et 10,19 Gravures de Gustave Doré. Édition illustrée des Œuvres de François Rabelais, 1854 - Notice BnF
  11. Estampe de Gustave Doré, 1855 - Notice BnF
  12. Estampe de Gustave Doré, 1855 - Notice BnF
  13. Maquettes de costumes par Alfred Albert, 1855 - Notice BnF
  14. Tableau de Léon-Louis-Antoine Tanzi, gravure de Georges Lemoine, vers 1870 - Notice BnF
  15. Gravure de Gustave Doré, vers 1873 - Notice BnF
  16. 16,0 et 16,1 Estampe de Gustave Doré, 1873

Navigation

Œuvres du XVIe siècle
L'Utopie (1516) • Gargantua (1532) • Roméo et Juliette (1595) • Hamlet (1600)
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .