FANDOM



Sa vieModifier

Jean Racine est un célèbre dramaturge, poète et écrivain du 17e siècle. Issu de la « moyenne bourgeoisie », Racine devient très tôt orphelin et est recueilli par de la famille à Port-Royal, il y fait ses études aux petites écoles puis au Collège de Beauvais (établissement Janséniste) à Paris et enfin au Granges de Port-Royal-des-Champs. L'éducation religieuse et plus particulièrement Janséniste ainsi que l'étude de la philosophie grecque se retrouve dans son travail théâtrale, littéraire et poétique avec des pièces aux décors antiques et des personnages au destin tragique. Ami des plus grands : La Fontaine, Boileau, intime de Louis XIV, Racine acquiert une notoriété grâce a son œuvre qui permet de le considérer comme le maître de la Tragédie Française.

En 1658 Jean Racine part étudier la Philosophie à Paris puis entre au service du duc de Luynes un austère janséniste. Deux ans plus tard il est sollicité par "La gloire littéraire" et écrit une ode : La nymphe de la seine à la reine en honneur au mariage du roi Louis XIV. Il écrit deux pièces de théâtre Amasie puis, Les amours d'Ovide, toutes deux refusées par les comédiens du marais. Il part étudier la théologie à Port-Royal-Des-champs et l'abandonne en 1662 en revenant à Paris, il compose une nouvelle ode  la convalescence du roi  inspirée par une maladie qui frappa le roi puis  la renommée aux muses  et reçoit en récompense une pension royale.

En 1664 Racine propose une tragédie Théagène et Chariclée à Molière qui la refuse mais l'encourage à persévérer. La même année est représentée, sa première Tragédie La Thébaïde. Le choix de l'hôtel de Bourgogne pour représenter sa pièce. Alexandre le grand en 1665 fut le sujet de brouille avec Molière. En 1667 il propose le rôle principale dans Andromaque à une actrice de Molière pour le représenter à l'hôtel de Bourgogne. Andromaque rencontre un certain succès public, mais fait polémique : M. de Subligny l'attaque quelques mois après dans La Folle Querelle. Un an plus tard il écrit sa seule comédie, Les Plaideurs.

Il écrit Britannicus en 1669 et attaque Pierre Corneille dans la préface. La création de Bérénice va être sujet a conflit avec Corneille, celui-ci créant une pièce sur le même sujet, Tite et Bérénice, en 1670, soit au même moment que Racine. Toutefois, la pièce de Pierre Corneille est un échec public, tandis que Jean Racine triomphe avec Bérénice.

Les années suivantes, les succès publics se succèdent : Bajazet, Mithridate, Iphigénie

Après la représentation de Phèdre, est nommé historiographe du roi, en 1677. Il se retire peu à peu du monde du théâtre et se consacre à son travail, pour autant il continue à écrire des poèmes et ne reviendra sur le devant de la scène qu'à la demande de Mme Maintenon avec deux tragédies bibliques, Esther et Athalie, deux ans plus tard.

Les pièces de Jean Racine aujourd'hui sont les plus représentées à la Comédie Française après Molière, confirmant la présence de son œuvre dans la culture littéraire et théâtrale française.

Son œuvreModifier

ThéâtreModifier

  • 1660 : Amasie, qu'il propose à plusieurs troupes de Paris, sans succès et dont le texte est aujourd'hui perdu.
  • 1664 : La Thébaïde ou les frères ennemis, tragédie.
  • 1665 : Alexandre le grand, tragédie.
  • 1667 : Andromaque, tragédie.
  • 1668 : Les plaideurs, comédie.
  • 1669 : Britannicus, tragédie.
  • 1670 : Bérénice, tragédie.
  • 1672 : Bajazet, tragédie.
  • 1673 : Mithridate, tragédie.
  • 1674 : Iphigénie, tragédie.
  • 1677 : Phèdre, tragédie.
  • 1689 : Esther, tragédie.
  • 1691 : Athalie, tragédie.

OdesModifier

  • 1660 : Nymphe de la Seine à la Reyne
  • 1663 : La convalescence du RoiLa Renommée aux Muses

InachevésModifier

  • 1661 : Les bains de Vénus, composition poétique qu'il abandonne à cause d'une fièvre.
  • 1663 : Les amours d'Ovide, certainement abandonnée.

SourcesModifier


NavigationModifier

Écrivains
Antiquité
AristophaneEschyleEuripideHomèreSophocle
Moyen-Âge
Chrétien de TroyesThomas MaloryGeoffroy de MonmouthWace
XVIe siècle
Thomas MoreFrançois Rabelais
XVIIe siècle
Nicolas BoileauPierre CorneilleJean de La FontaineMolièreJean RacinePierre RoulléWilliam Shakespeare
XVIIIe siècle
BeaumarchaisDiderotLaclosMarivauxMontesquieuRousseauVoltaire
XIXe siècle
BalzacThéodore de BanvilleCharles BaudelaireLewis CarrollChateaubriandTristan CorbièreGustave FlaubertGypVictor HugoLeconte de LisleJean LorrainStéphane MallarméMaupassantAlbert MératMussetPoeArthur RimbaudStendhalStevensonÉmile Zola
XXe siècle
Henri AmourouxGuillaume ApollinaireSamuel BeckettErwan BergotBorgesAlbert CamusFrancis CarcoCélineConan DoyleBret Easton EllisAchille EssebacAbel HermantGeorges PerecJacques PrévertCornelius RyanJean-Paul SartreBoris VianJoseph Zobel
XXIe siècle
Édith AzamFrédéric BeigbederMarc DugainAnna GavaldaPhilippe GrimbertÉdouard LouisDorota MasłowskaVirginie OllagnierLolita PilleEmmanuelle PireyreMichel QuintLydie SalvayreAbdellah Taïa
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .