FANDOM


Le Quatrième Mur est un roman de Sorj Chalandon paru le 21 août 2013 aux éditions Grasset. Le roman obtient le prix Goncourt des lycéens cette même année.

Genèse Modifier

Sorj Chalandon fut reporter de guerre. Néanmoins, selon son auteur, ce roman ne met pas en scène sa propre expérience du terrain, de la guerre depuis quarante ans mais celle d’un double littéraire, Georges, qu'il « envoie exprès au plus loin de ce qu’il aurait pu devenir ». Il a précisé à Georgia Makhlouf qu'il avait couvert la guerre du Liban de 1981 à 1987, et qu'il avait été particulièrement traumatisé par sa visite des camps de Sabra et Chatila lors du massacre de 1982. C'est pour exprimer la douleur qu'il a ressentie personnellement qu'il a transposé cet événement dans un roman, alors qu'il n'avait pas pu le faire en tant que journaliste.

Le roman est retenu dans les premières listes de quinze livres en lice pour le prix Goncourt Il remporte le 14 novembre 2013 le Prix Goncourt des lycéens, le prix des libraires du Québec 2014 et le prix littéraire des Lycéens et Apprentis des Pays de la Loire 2015.

Explication du titre Modifier

Le « quatrième mur » est un terme qui désigne, au théâtre, le « mur » invisible que se construit inconsciemment l'acteur qui joue entre la scène et le public, et qui le protège. Il maintient l'illusion théâtrale, et l'acteur brise ainsi le quatrième mur et l'illusion théâtrale lorsqu'il s'adresse au public.

Dans le roman de Sorj Chalandon, le personnage, Georges, s'enferme peu à peu dans la guerre (il n'arrivera pas à sortir de la guerre et à reprendre sa vie en paix), il est fasciné par elle (d'où une description parfois poétique des horreurs de la guerre). Le personnage se construit lui-même son quatrième mur, qui le protège de la peur de la mort tout en l'enfermant dans sa folie. Ce n'est qu'à la fin du roman que George parviendra à briser le quatrième mur et ainsi se soustraire à l'enfermement de la guerre, par le seul moyen possible : la mort.

Selon l'auteur, le titre du livre est également une façon d'annoncer l'impossibilité de ce projet de pièce de théâtre en pleine guerre. Ainsi, il déclare : « En écrivant, j'avais envie que ça marche, que la représentation ait lieu, mais je me suis aperçu que ce n'était pas possible ».

IntrigueModifier

L'idée de Sam était folle. Georges l'a suivie. Réfugié grec, metteur en scène, juif en secret, Sam rêvait de monter l'Antigone d'Anouilh sur un champ de bataille au Liban. 1976. Dans ce pays, des hommes en massacraient d'autres. Georges a décidé que le pays du cèdre serait son théâtre. Il a fait le voyage. Contacté les milices, les combattants, tous ceux qui s'affrontaient. Son idée ? Jouer Anouilh sur la ligne de front.

Créon serait chrétien. Antigone serait palestinienne. Hémon serait Druze. Les Chiites seraient là aussi, et les Chaldéens, et les Arméniens. Il ne demandait à tous qu'une heure de répit, une seule. Ce ne serait pas la paix, juste un instant de grâce. Un accroc dans la guerre. Un éclat de poésie et de fusils baissés. Tous ont accepté. C'était impensable.Et puis Sam est tombé malade. Sur son lit d'agonie, il a fait jurer à Georges de prendre sa suite, d'aller à Beyrouth, de rassembler les acteurs un à un, de les arracher au front et de jouer cette unique représentation.

Georges a juré à Sam, son ami, son frère. Il avait fait du théâtre de rue, il allait faire du théâtre de ruines. C'était bouleversant, exaltant, immense, mortel, la guerre. La guerre lui a sauté à la gorge. L'idée de Sam était folle. Et Georges l'a suivie.

PersonnagesModifier

  • Georges est le narrateur et le personnage principal de l'histoire.
  • Samuel Akounis
  • Marwan
  • Aurore
  • Louise, fille de Georges et Aurore
  • Imane
  • Charbel
  • Nakad

Références CulturellesModifier

En plus de l'Antigone d'Anouilh, qui occupe un rôle central dans l'intrigue, le roman fait également référence à la pièce de Sophocle, ainsi qu'à celle de Brecht.

De très nombreuses autres références culturelles émaillent le récit, notamment :

  • Lors du coup d'État grec du 21 avril 1967, Sam met en scène Ubu roi à Athènes en demandant à ses acteurs de remplacer « Père Ubu » par Geórgios, prénom du colonel Papadopoulos, principal instigateur du putsch. À cette occasion, il est fait référence à Míkis Theodorákis, et au film Z de Costa-Gavras.
  • Anthracyte, le rat noir de la bande dessinée Chlorophylle, est la mascotte des « Rats noirs », un groupuscule d'extrême-droite de la faculté d'Assas contre lequel Georges se bat en 1973.
  • Georges met en scène Une demande en mariage de Tchekhov, qui devient un forme de résistance contre des CRS briseurs de grève en 1979.
  • Sam est bouleversé par le Pie Jesu de Maurice Duruflé. Il souhaite le faire entendre lors de la représentation d'Antigone, pour exprimer la pureté de l'adieu de l'héroïne.
  • Sorj Chalandon a raconté à l'Agence France-Presse comment il s'était trouvé à côté d'un chef phalangiste chrétien qui tirait en récitant "Demain dès l'aube..." de Victor Hugo. Cet épisode réel est repris dans le roman lorsque Georges rencontre un sniper en action, le frère du chrétien maronite qui doit interpréter Créon.

Annexes pour TravaillerModifier

SourcesModifier

  1. 1,0 et 1,1 Première édition - Notice BnF

NavigationModifier

Œuvres du XXIe siècle
Romans
Wiggins (1992-2006) • De mémoire de petit garçon (2000) • Le royaume de Kensuké (2000) • Les éperons de la liberté (2000) • Petite Plume (2002) • La Guerre des Clans (depuis 2003) • Le Soldat Peaceful (2003) • Le Col des Mille Larmes (2004) • Le seigneur sans visage (2004) • Le grimoire au rubis (2005) • La princesse africaine (2006-2007) • Tobie Lolness (2006-2007) • Océania (2007-2011) • Je suis la fille du voleur (2008) • Ulysse from Bagdad (2008) • Malo de Lange (2009-2012) • 2065 (2010-2011) • Eliza et le petit-duc (2010) • Les aventures de Majid (2010-2017) • L'agence Pinkerton (2011-2013) • Gardiens des Cités Perdues (depuis 2012) • Swing à Berlin (2012) • Le Quatrième Mur (2013) • Renarde-woman (2017)
Poésie
Une pluie de poésie (2001) • Poèmes à saute-mouton (2003) • Dis-moi un poème qui espère (2004) • Histoires en poésie (2004-2007) • Métamorphoses, petite fabrique de poésie (2005) • Poésie, j'écris ton nom (2010)
Théâtre
L'enfant cachée dans l'encrier (2009)
BD & Albums
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .