FANDOM


Qui ne connaît pas Sherlock Holmes, sympathique détective qui siège au 221 Baker Street à Londres, et qui passe pour être le meilleur détective, l'un des plus connus du monde ?

Ce que les gens savaient moins jusqu'à l'apparition du film Sherlock Holmes : Jeux d'ombres , c'est que comme tout héros qui se respecte, Sherlock Holmes avait une némésis.

Et quelle Némésis, messieurs ! Le professeur James Moriarty en personne. Celui que Sherlock Holmes décrit comme le Napoléon du crime, le plus grand criminel d'Europe ! Ce que moins de gens savent, c'est que dans un des quatre romans de Sherlock Holmes, ultérieur à cette nouvelle, il y est fait référence dans une affaire antérieure au Dernier Problème à laquelle avait participé Moriarty.

Intrigues

Quoiqu'il en soit, le professeur, qui règne en maître sur la pègre londonienne, fait tout pour passer outre les plans de son rival. Il fait appel à des hommes de mains qualifiés pour le tuer. Fort heureusement, notre héros est un athlète et boxeur hors-pair, et a déjà préparé un plan pour capturer Moriarty ainsi que l'intrégralité de son équipe, le coup de maître de sa carrière, après lequel il pourra sûrement prendre sa retraite !

Il se réfugie chez Watson, et rampe tout doucement sous la table. De quoi a-t-il peur ? " Des fusils à vent " répond-il à Watson, qui prend son ancien colocataire pour fou. Mais le détective lui propose alors un voyage à travers l'Europe, pures vacances dont le but secret est d'échapper à Moriarty.

Celui-ci les attend à la gare, mais grâce à un jeu de déductions de déductions, les deux compagnons s'en sortent. En Suisse, on fait appeler Watson, médecin, pour soigner une femme, ce qui laisse Sherlock Holmes seul, près des chutes du Reichenbach. Grave erreur, il n'y a personne à soigner, ce n'est ni plus ni moins qu'un plan de Moriarty pour piéger son adversaire.

Watson ne retrouvera de Sherlock Holmes que son alpenstock et un mot, sur lequel il explique comment son rival l'a piégé. D'après les traces, les conclusions sont formelles, les deux héros se sont battus, et le plus grand détective et le plus grand criminel du monde sont tombés ensemble dans des chutes dont on ne pourra pas retrouver les corps.

C'est la mort dans l'âme que le docteur Watson écrira la nouvelle du Dernier Problème. Dernier problème résolu par Sherlock Holmes, ou le dernier problème de Conan Doyle, désireux de se débarasser de ce personnage ?

Suite aux violentes réactions de ses lecteurs, Arthur Conan Doyle écrit Le chien des Baskerville, antérieur à sa dernière nouvelle. Mais l'auteur doit se rendre à l'évidence. Son personnage est sa vie, il ne peut pas l'abandonner.

Il se met donc à l'écriture de La maison vide. Un jeune noble londonien est tué dans une salle fermée de l'intérieur par balle. Il y a bien une fenêtre entrouverte, mais elle ne peut pas laisser passer une balle de fusil : Le tireur devrait être beaucoup trop près et personne n'a entendu quoi que ce soit. Watson essaie désespérément de résoudre l'affaire en se servant des techniques de son mentor, mais sans succès. Mais, après tout, qui mieux que Sherlock Holmes lui-même pour résoudre l'affaire ? En effet, celui-ci n'est pas vraiment mort, mais a tué Moriarty avant de revenir. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour comprendre que la victime a été tuée par l'un des anciens hommes de main de Moriarty, l'un des rares à ne pas avoir été capturé par son plan, ancien tireur d'élite qui a su utiliser un fusil à vent, arme révolutionnaire pour tuer la victime.

Après tout, quelle importance que le dénouement ne soit absoluement pas recherché, ou encore que la résurrection rend notre héros de plus en plus invincible, et donc rébarbatif ? Sherlock Holmes est de retour !

Adaptations

Iconographie

Sources

  1. Édition originale de 1892 - Consultable sur Archive.org
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Première édition française - Notice BnF

Navigation

Œuvres du XIXe siècle
Romans
Melmoth (1820) • Le Rouge et le Noir (1830) • Notre-Dame de Paris (1831) • Claude Gueux (1834) • Melmoth réconcilié (1835) • Le Père Goriot (1835) • La Confession d'un enfant du siècle (1836) • Illusions perdues (1837-1843) • La Chartreuse de Parme (1838) • Chroniques italiennes (1839) • La Case de l'oncle Tom (1852) • Madame Bovary (1857) • Les Misérables (1862) • Voyage au centre de la Terre (1864) • Alice au Pays des Merveilles (1865) • Les Travailleurs de la mer (1866) • Thérèse Raquin (1867) • La Curée (1872) • Le Ventre de Paris (1873) • La Conquête de Plassans (1874) • Le Chancellor (1874) • Quatrevingt-treize (1874) • La Faute de l'Abbé Mouret (1876) • Les Aventures de Tom Sawyer (1876) • Son Excellence Eugène Rougon (1876) • ‎L'Assommoir (1878) • Une page d'amour (1878) • ‎Pot-Bouille (1882) • Au Bonheur des Dames (1883) • Une vie (1883) • L’Île au trésor (1883) • L'Enfant (1884) • La joie de vivre (1884) • Les Aventures de Huckleberry Finn (1884) • Bel-Ami (1885) • Germinal (1885) • L'Étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) • L'Œuvre (1886) • La Terre (1887) • Le Rêve (1888) • La Bête humaine (1890) • Le portrait de Dorian Gray (1890) • L'Argent (1891) • La Débâcle (1892) • Les Aventures de Sherlock Holmes (1892) • Le Docteur Pascal (1893) • Dracula (1897)
Nouvelles & Contes
Un hivernage dans les glaces (1855) • Trois contes (1877) • Apparition (1883) • Pour une nuit d'amour (1884) • Contes du jour et de la nuit (1885) • Le Horla (1886)
Poésie
Odelettes (1834) • Les Rayons et les Ombres (1840) • Poèmes antiques (1852) • Les Chimères (1854) • Les Contemplations (1856) • Les Fleurs Du Mal (1857) • Poèmes saturniens (1866) • Fêtes galantes (1869) • Une saison en enfer (1873) • Les Villages illusoires (1895)
Théâtre
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .