FANDOM



Sa vie

Ce dramaturge auteur de plusieurs comédies fût le chef d'une troupe de Théâtre Français, qui s'illustra au début du règne de Louis XIV. La particularité de cet homme de lettres était sa capacité à placer des personnages obsessionnels dans ses pièces de théâtres, visant plus où moins explicitement à dénoncer les psychoses des hommes de l'époque et leurs sociétés.

Son œuvre

Comédies

  • 1655 : L'Étourdi ou les Contretemps
  • 1656 : Le Dépit amoureux
  • 1659 : Les Précieuses ridicules
  • 1660 : Sganarelle ou le Cocu imaginaire
  • 1661 : Dom Garcie de Navarre ou le Prince jalouxL'École des marisLes Fâcheux
  • 1662 : L'École des femmes
  • 1663 : La Critique de l'École des femmesL'Impromptu de Versailles
  • 1664 : Le Mariage forcéLa Princesse d'Élide
  • 1665 : Dom JuanL'Amour médecin
  • 1666 : Le MisanthropeLe Médecin malgré luiMélicerte (inachevée)
  • 1667 : Pastorale comiqueLe Sicilien ou l'Amour peintre
  • 1668 : AmphitryonGeorge Dandin ou le Mari confonduL'Avare
  • 1669 : TartuffeMonsieur de Pourceaugnac
  • 1670 : Les Amants magnifiquesLe Bourgeois Gentilhomme
  • 1671 : Les Fourberies de ScapinLa Comtesse d'Escarbagnas
  • 1672 : Les Femmes savantes
  • 1673 : Le Malade imaginaire

Tragédies

  • 1671 : Psyché

Farces

  • Vers 1655 : La Jalousie du Barbouillé
  • Date inconnue : Le Médecin volant, publié pour la première fois en 1819 par Emmanuel Louis Nicolas Viollet-le-Duc.

Personnages obsessionnels

La particularité de cet homme de lettres était sa capacité à placer des personnages obsessionnels dans ses pièces de théâtres, visant plus où moins explicitement à dénoncer les psychoses des hommes de l'époque et leurs sociétés.

Tartuffe ou l'imposteur

La vrai version de " Tartuffe ou l'imposteur " est à ce jour inconnue. Jouée le 12 Mai 1664, elle fut prohibée par Louis XIV deux jours plus tard. Considérablement remaniée pour la rendre acceptable, la nouvelle version du Tartuffe parut en 1669. La censure de cette comédie s'explique par une satyre pas assez implicite de Molière: En effet, il dénonça quasi-directement les dévots de l'époque. Dans cette pièce apparaît Orgon, qui est l'archétype du personnage de cour tombé sous la coupe de Tartuffe, un hypocrite et un faux dévot. Il est donc complètement dupe de Tartuffe. Ce dernier parvint à le manipuler en singeant la dévotion, et devint même son directeur de conscience. Chaque faits et gestes de Tartuffe est exalté par Orgon, chacune de ses paroles est bû avec adhésion. Ainsi Orgon, par aveuglement, devient complètement fou de son héros, et l'aime même plus que sa propre famille !

151 tartuffe

Scène 7, Acte V, Orgon apprît la vraie nature de Tartuffe.

Cet amour lui fait tyranniser les siens, s'énerver contre ceux qui s'opposent à Tartuffe (Dorine, Damis) et abuse de son autorité paternelle pour faire ce qu'il pense que Tartuffe approuvera : En l’occurrence, s'opposer au mariage de Valère et Marianne. L'éblouissement d'Orgon pour Tartuffe disparaitra lors de la scène 7 de l'acte V, lorsque, caché sous la table, il se rendis compte de la vrai nature de ce dernier. Puis, d'un extrême, il va passer à l'autre en haïssant tous les gens de bien. Orgon est donc le caractère même d'un maniaque, qui manqua de peu de faire le malheur de tous.

Le Bourgeois Gentilhomme

Le Bourgeois Gentilhomme est une comédie-ballet de Molière, en cinq actes et en prose, représentée pour la première fois le 14 Octobre 1670 devant la cour de Louis XIV, au château de Chambord par la troupe de Molière. Dans cette pièce, Molière se moque d'un riche Bourgeois qui veut imiter le comportement et le mode de vie des nobles. Ce spectacle est très apprécié par la Cour et Louis XIV, qui le redemande plusieurs fois. Le personnage principal du récit se nomme M. Jourdain (personnage joué par Molière lui même). Ce dernier est étudiant en "Gentilhommerie", vaniteux, naïf et capricieux. L'obsession de Jourdain est, dans cet écrit, de gagner une place sociale qui n'est pas la sienne. Le bel ingénu confond précisément l'être et le paraitre, l'essence et les apparences. Il pense inconsciemment, en d'autres termes, que l'habit fait le moine. Ses faits et gestes révèlent son ignorance, son étroitesse d'esprit et ses prétentions.

Le-bourgeois-gentilhomme

Le Bourgeois Gentilhomme en pleine représentation.

En résumé, M. Jourdain, en voulant devenir noble, se ridiculise aux yeux de tout le monde: Là tout le comique de cette pièce. Molière a donc voulu, par M. Jourdain, montrer un personnage prisonnier d'une " lubie ", se construisant petit à petit un univers autistique où il se complait dans la sotte admiration de lui même. C'est donc un personnage de théâtre caricatural conservant cependant dans le même temps assez de vérité humaine pour ne pas se comporter comme une marionnette. En un mot, c'est un type littéraire par son type d'exemplarité.

L'avare

" L'avare " est une comédie de Molière en 5 actes et en prose, créée au théatre du Palais-Royal le 9 Septembre 1668. Le sujet est inspiré d'une pièce de Plaute intitulée " La Marmitte ". Dans cette pièce, Molière visa à dénoncer les Avares: Les gens un peu trop proche de leurs argents. Harpagon (vient du Latin Harpago, qui signifie " Le grappin " servant à prendre et retenir), le personnage principal de l'histoire, fût également joué par Molière. Père de Cléante et d'Élise, il était amoureux de Marianne et de sa cassette d'Or. Dans " L'Avare ", Molière batit une intrigue psychologique en fonction de son personnage principal, partagée entre ses obligations et son avarice, entre son amour et son argent. Le fait comique de cette pièce vient du fait que sont imposé à Harpagon des dépenses qui le mettent à la torture, mais il garde tout de même le soucis de l'opinion: Il se dit " Riche Bourgeois ", mais pour cela faut-il encore avoir un train de maison, un intendant, des laquais, un carosse. Il se dit " père de famille ", mais il veut marrier sa fille " Sans Dot ! ". Il est veuf et voudrait se remarier, mais la jeune Marianne est pauvre et pour ce, il faudrait offrir un grand festin .. Harpagon se rend malheureux au fur et à mesur que cette pièce avance, car le vice engendre le vice. Il est toujours inquiet, soupçonneux, il n'a jamais l'esprit tranquille: Il pense sans cesse à sa cassette d'Or enterrée dans le Jardin. Il en vient même à regarder ses enfants comme une menace, il agît donc contre tout bon sens et se rend vers la folie. Harpagon perdît sa cassette, et se délia d'un monologue des plus célèbres.

103

Harpagon, interprété ici par Louis de Funès, et sa cassette d'Or.

Seulement, Harpagon retrouva cette dernière et maria sa fille sans débourser quoi que ce soit. Molière pensait cependant que l'on ne puisse compter beaucoup sur l'homme: Qu'il serait Naïveté de croire qu'il soit bon ou raisonnable. Au lieu de réver d'héroïsme, pratiquons une sagesse modeste : " La parfaite raison fuit toute extrémité, et veut que l'on soit sage avec sobriété. " Poussés jusqu'à leurs conséquences logiques, beaucoup d'intrigues de Molière tourneraient normalement au drame: dans la vie courante, l'Avare ne retrouverait pas sa cassette. Mais il évite d'assombrir ses comédies, car cette dernière suppose une fin heureuse venant dissiper la tristesse.

Le malade imaginaire

Le malade imaginaire est la dernière comédie écrite par Molière. Elle fut représentée sous forme de ballet au Théatre du Palais-Royal, le 10 Février 1673 par la troupe de Molière. Après les " Comédies désespérées " (Dom Juan ou le Festin de Pierre et Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux ), elle retrouve une certaine inspiration de la " Commedia Dell'arte ", mais d'une qualité bien supérieure aux premières farces de Molière. La pièce tourne essentiellement autour d'Argan, le " Malade imaginaire ", qui donna son titre à la pièce. Veuf, il s'est remarié avec Béline qui simule des soins intensifs, mais n'attends en réalité que la mort de son mari pour pouvoir hérité. Il est d'un caractère impatient et égocentrique: Il écoute très peu les autres et ne pense qu'à lui. Il passe l’essentiel de son temps à se persuader lui même qu'il est malade et à prendre des médecines. Argan est donc hypocondriaque, il se croit infirme et mal portant. Il mesure son bien être au nombre de lavements et autres remèdes qu'il s'administre: Un mois avec 20 lavements au lieu de 12 est un mois où il se sent beaucoup mieux. L'idéal pour lui serait d'avoir un médecin à demeure, d'où son désir de voir sa fille Angélique épouser Thomas Diafoirus, fils du Dr. Diafoirus. Argan est ridicule: moqué par sa femme, présuré par son médecin et son apothicaire alors qu'il est en parfaite santé, manipulé par Toinette, son impertinente et lucide servante, il semble entièrement habité par son idée fixe: "Je suis malade." Pourtant, Argan n'est pas l'imbécile que l'on pourrait croire au premier abord. Il n'est pas méchant, mais simplement terriblement angoissé.

MICEHLELLE

Michel Bouquet, interprétant Argan dans Le malade imaginaire, agé de 89ans.

C'est un perpétuel inquiet qui recherche l'affection des siens et l'attention des autres par ses jérémiades. Un brave homme qui, pour son malheur et celui des autres, fait une fixation sur sa santé: Sans doute comme bien des gens, Argan est simplement terrifié par l'idée de sa mort future. Avec cette pièce, Molière profita de l'occasion pour se égratigner et moquer le jargon universitaire traditionnel. Il nous donne à voir en tout cas un personnage plus complexe qu'il n'y parait et qui ne correspond pas à la caricature qu'on en a fait souvent: Celle d'un bouffon égoïste et grotesque, ne prétend qu'au rire et à la moquerie. Argan est bel et bien un personnage humain. Argan fut le dernier rôle de Molière: Pendant une représentation, il se sentit mal et fut ramené d'urgence chez lui. Il mourra peu après.

Les valets

Featured

Scapin, des Fourberies de Scapin écrit par Molière, mise en scène par Michel Bouttier en octobre 2010.

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), est un dramaturge auteur de comédie. Ce sont des pièces du genre littéraire et théâtral fonctionnant sur le registre de l'humour. Certaines sont proches de la farce, comme les Fourberies de Scapin, d'autres sont plus psychologiques, comme l'Avare, ou encore elles peuvent être des comédies-ballets, comme le Bourgeois gentilhomme ou le Malade imaginaire. Dans ces comédies, Molière introduit habilement un des personnages les plus important dans la comédie au XVIIeet XVIIIe siècle: le valet. C'est un domestique employé qui a pour rôle de servir son maître. Dans un premier temps, nous verrons le rôle principal que joue ce personnage, puis dans un deuxième temps, nous montrerons les autres rôles que tient le valet dans ces comédies.

Les valets de Molière ont principalement un rôle comique. Ce comique peut se traduire de différentes façons: le comique de geste (ex: la farce), le comique des mots (ex: phrases absurdes, interférence, répétition, comme lors de la scène 4 de l'acte I de Tartuffe, le comique de la situation (ex: le quiproquo, comme dans l'acte V de l'Avare) et le comique de caractère ( ex: lorsque le maître est rendu comique par l'inadéquation de ses valeurs par rapport au statut social qu'ils ont, comme dans le Bourgeois gentilhomme). Mais il est peut aussi être comique par son costume et son langage.

Il a aussi pour rôle de mettre en avant son maître et de le rendre nettement plus élégant, plus raffiné, plus avisé et plus intelligent que lui.

Le valet se doit d'aider les jeunes gens face à leur père, comme Dorine dans le Tartuffe qui se distingue par son audace et sa ruse, ou encore Scapin, des Fourberies de Scapin, qui lui se distingue par son sens de l'équité et le souci de son porte-monnaie.

Ce personnage joue aussi un rôle de porte-parole du bon sens, de la raison face aux délires des pères, il reste conscient de l'injustice social, des privilèges de la noblesse et de la classe dirigeante (ex: la Toinette du Malade imaginaire). Mais les valets ne sont pas que des intermédiaires, il sont également des initiateurs qui aident leur maître naïf, faible et incapable face à une situation.

Il peut aussi avoir un rôle de moralisateur comme Scapin, des fourberies de Scapin, qui ironise sur les malheurs des amoureux et des pères.

Les valets ont souvent dans la pièce un rôle secondaire, mais il arrive parfois que ce personnage tienne finalement le rôle principal. Pour conclure, les valets ont donc principalement un rôle comique mais tiennent différents rôles au cours d'un pièce. En effet, ils joue aussi le rôle de porte-parole, de moraliste, de messager, de faire-valoir, d'instructeur mais aussi de confident, plus courant dans les tragédies. C'est pour cela que malgré son statut « inférieur » aux autres personnes, il devient au fil du temps un élément essentiel au pièce de théâtre. N'est-ce pas alors en réalité le valet qui joue le véritable rôle principal de la pièce ?

Tous les personnages obsessionnels de Molière ne sont bien sur pas analysés ici. On peut donc en déduire que les personnages obsessionnels chez Molière sont la " clé de la comédie ", c'est à dire que ce sont eux qui déclenchent le rire. Pour ce, Molière choisit de les rendre ridicules, en faisant passer leurs obsessions avant tout. Ces nombreux personnages sont bien entendus des caricatures, mais restent cependant humains. En bref, le ridicule déclenche le rire, et le rire devant une pièce engendre une comédie. La tragédie stimule le sens du ridicule, car le ridicule est une attitude de défi: il faut rire de notre impuissance face aux forces de la nature.

Futilités

Tous les personnages obsessionnels de Molière ne sont bien sur pas analysés ici. On peut donc en déduire que les personnages obsessionnels chez Molière sont la "clé de la comédie", c'est à dire que ce sont eux qui déclenchent le rire. Pour ce, Molière choisit de les rendre ridicules, en faisant passer leurs obsessions avant tout. Ces nombreux personnages sont bien entendus des caricatures, mais restent cependant humains. En bref, le ridicule déclenche le rire, et le rire devant une pièce engendre une comédie. La tragédie stimule le sens du ridicule, car le ridicule est une attitude de défi: il faut rire de notre impuissance face aux forces de la nature.

Iconographie

Sur l'auteur

Livres
  • 1692 – La Vie de Monsieur de Molière[6] par Jean-Léonor Le Gallois Grimarest
  • 1739 – Vie de Molière, avec des jugemens sur ses ouvrages[7] par Voltaire
  • Vers 1765 – Éloge de Molière[8] par Jean-Sylvain Bailly
  • 1825 – Histoire de la vie et des ouvrages de Molière[9] par Jules-Antoine Taschereau
  • 1827 – Discours sur la comédie, et vie de Molière[10] par Louis-Simon Auger
  • 1836 – Notice sur le fauteuil de Molière[11] par François Astruc
  • 1838 – La Chambre et le fauteuil de Molière[12] par Edmond Burat de Gurgy
  • 1840 – Découverte d'un autographe de Molière, réfutation impartiale de quelques points de controverse élevés à ce sujet, avec un tableau comparatif des variations qu'offre l'écriture de Molière dans les signatures qu'on a de lui[13] par Pierre-Jules Fontaine
  • 1845 – Molière : Notice sur sa vie et ses ouvrages par Sainte-Beuve
  • 1848 – Les Dernières années de Molière[14] par Anaïs Bazin
  • 1851 – Notes historiques sur la vie de Molière[15] par Anaïs Bazin
  • 1854 – Molière et les médecins[16], lecture faite à l'Académie d'Amiens, dans sa séance du 11 février 1854 par M. Alexandre
  • 1855 – Pourquoi Molière n'a pas joué les avocats[17] par Charles Truinet
  • 1858 – Histoire des pérégrinations de Molière dans le Languedoc, d'après des documents inédits, 1642-1658 par Léon Galibert
    • La Jeunesse de Molière suivie du Ballet des Incompatibles, pièce en vers inédite de Molière, par Paul Lacroix
    • Molière et sa troupe[18] par Henri-Augustin Soleirol
  • 1861 – Étude sur Molière[19] par Louis Noel
  • 1863 – Molière est-il venu à Nantes ?[20] par Louis de Kerjean
    • Recherches sur Molière et sur sa famille[21] par Eudore Soulié
    • Le roman de Molière : suivi de fragments sur sa vie privée, d'après des documents nouveaux[22] par Édouard Fournier
  • 1865 – Molière et Scribe[23] par F. d'Épagny
  • 1866 – Molière et sa troupe à Lyon[24] par Eudore Soulié
  • 1867 – Molière et la comédie italienne[25], ouvrage illustré de 20 vignettes représentant les principaux types du théâtre italien, par Louis Moland
  • 1869 – Molière en province : conférence faite à Niort, le 20 mars 1869[26] par Léon Robert
  • 1871 – Documents inédits sur J.-B. Poquelin Molière, découverts et publiés avec des notes, un index alphabétique et des fac-simile[27] par Emile Campardon
    • Recherches sur le séjour de Molière dans l'ouest de la France en 1648[28] par Benjamin Fillon
  • 1873 – Molière, sa vie et ses œuvres[29] par Jules Claretie
    • Molière et les médecins au XVIIe siècle[30] par Gustave Drouineau
  • 1876 – Iconographie moliéresque[31] par Paul Lacroix
  • 1877 – La famille de Molière était originaire de Beauvais[32] notes publiées par M. Mathon
    • Molière et Bossuet : réponse à M. Louis Veuillot[33] par Henri de Lapommeraye
    • Molière et Bourdaloue[34] par Louis Veuillot
    • Molière jugé par ses contemporains[35] par A.-P. Malassis
    • Les points obscurs de la vie de Molière : les années d'étude, les années de lutte et de vie nomade[36] par Jules Loiseleur
  • 1879 – La famille de Molière et ses représentants actuels : d'après les documents authentiques[37] par Edmond Révérend du Mesnil
    • Les maîtresses de Molière : amours du grand comique, leur influence sur son caractère et son œuvre[38] par Benjamin Pifteau
    • Molière en province : étude sur sa troupe ambulante suivie de Molière en voyage : comédie en 1 acte[39], par Benjamin Pifteau
  • 1880 – Molière : son théâtre et son ménage[40] par Eugène Noel
    • La relique de Molière du Cabinet du baron Vivant Denon[41] par Ulric Richard-Desaix
  • 1882 – La maison mortuaire de Molière : d'après des documents inédits, avec plans et dessins[42] par Auguste Vitu
  • 1883 – Molière auteur et comédien : sa vie et ses œuvres[43] par Léon Dumoustier
  • 1885 – Études sur la vie et les œuvres de Molière[44] par Édouard Fournier
  • 1886 – Molière inconnu : sa vie, tome premier, 1622-1646[45] par Auguste Baluffe
    • Molière : nouvelles controverses sur sa vie et sa famille[46] par Jules Loiseleur
    • Nouveaux Documents sur la vie de Molière. M. de Modène, ses deux femmes et Madeleine Béjart par Henri Chardon
  • 1887 – Molière, sa vie et ses ouvrages : avec une notice sur le théâtre et la troupe de Molière[47] par Louis Moland
  • 1889 – Autour de Molière[48] par Auguste Baluffe
    • Molière[49] par Hippolyte Durand
  • 1898 – Molière à Bordeaux vers 1647 et en 1656, avec des considérations nouvelles sur ses fins dernières, à Paris en 1673... ou peut-être en 1703 par Anatole Loquin
  • 1900 – Molière[50] par Jean-Jacques Weiss
  • 1908 – Molière, les théâtres, le public et les comédiens de son temps par le danois Karl Mantzius
  • 1909 – Molière[51] par Georges Lafenestre
  • 1910 – La comédie de Molière : l'auteur et le milieu[52] par Gustave Larroumet
  • 1912 – Rousseau contre Molière[53] par Emile Faguet
  • 1913 – Molière et le droit[54] par Ferdinand Sanlaville
  • 1914 – Les comédies-ballets de Molière : originalité du genre, la poésie, la fantaisie, la satire sociale dans les comédies-ballets par Maurice Pellisson
    • En lisant Molière : l'homme et son temps, l'écrivain et son œuvre[55] par Emile Faguet
    • Les Maîtresses et la femme de Molière par Léopold Lacour
  • 1922 – Une amie inconnue de Molière suivi de Molière et l'université, par Émile Magne
    • La Jeunesse de Molière par Gustave Michaut
    • Tricentenaire de Molière : recueil des discours prononcés à l'occasion des fêtes du troisième centenaire de Molière, janvier 1922[56]
  • 1925 – Molière[57] par Maurice Donnay
  • 1928 – Molière acteur par Léopold Lacour
  • 1929 – La vie de Molière par Ramon Fernandez
  • 1930 – Molière, Shakspeare, la comédie et le rire[58] par Stendhal
  • 1932 – Molière raconté par ceux qui l'ont vu par Gustave Michaut
  • 1933 – Molière et les femmes par René Valesnes
    • Le rire et les Larmes de Molière par Raoul Duhamel
  • 1936 – Un comédien nommé Molière par Béatrix Dussane
  • 1942 – Molière par René Benjamin
    • Molière par John Charpentier
  • 1943 – Molière par Daniel Mornet
  • 1945 – Morale de Molière par Jacques Arnavon
  • 1946 – Molière, bourgeois de Paris et tapissier du Roy par Georges-Gustave Toudouze
    • Molière et la comédie de mœurs en Angleterre : (1660-68) par André de Mandach
  • 1947 – Trois grands hommes devant Dieu : Molière, Jean-Jacques Rousseau, Gustave Flaubert par François Mauriac
  • 1959 – Molière par Daniel Mornet
  • 1963 – Molière par Jean Meyer
  • 1966 – Molière ou l'invention comique : la métamorphose des thèmes et la création des types par Marcel Gutwirth
  • 1967 – Les contemporains de Molière : recueil de comédies, rares ou peu connues jouées de 1650 à 1680 avec l'histoire de chaque théâtre, des notes et notices biographiques, bibliographiques et critiques par Victor Fournel
  • 1969 – Molière par René Jasinski
  • 1972 – Le Roman de monsieur de Molière par Mikhaïl Boulgakov
  • 1973 – Molière par Jacques Audiberti
  • 1976 – Les grands rôles du théâtre de Molière par Maurice Descotes
  • 1979 – Molière, homme de théâtre par René Bray
  • 1980 – Essai sur la séparation de la religion et de la vie : Molière dans le drame spirituel de son temps, la princesse de Clèves par Jean Calvet
    • Molière ou la Double tentation par Yves Kermanac'h
    • Molière ou les Métamorphoses du comique : de la comédie morale au triomphe de la folie par Gérard Defaux
  • 1983 – Le dialogue moliéresque : étude stylistique et dramaturgique par Gabriel Conesa
  • 1985 – Merci, Molière ! par Robert Manuel
    • Molière abstrait par Alex Szogyi
    • Molière de tous les jours par Pierre Bonvallet
    • Molière et ses metteurs en scène d'aujourd'hui : pour une analyse de la représentation par Michel Corvin
  • 1986 – Comédies et pamphlets sur Molière, édition critique par Georges Mongrédien
    • Molière par Francine Mallet
    • Molière par Isabelle Jan
  • 1987 – Molière, une vie par Alfred Simon
    • Molière : les métamorphoses du carnaval par Thérèse Malachy
  • 1988 – Molière par Jean-Pierre Darras
    • Le Voyage de Molière en Languedoc : 1647-1657 par Claude Alberge
  • 1989 – Le silence de Molière (Il silenzio di Molière) par Giovanni Macchia
    • La Relation matrimoniale dans l'œuvre de Molière par Constant Vensoen
  • 1990 – Le chiffre scénique dans la dramaturgie moliéresque par Dominique Lafon
    • Dynamique des formes théâtrales dans l'œuvre de Molière : histoire d'une dissidence secrète par Mihaela Mîrţu
    • Molière en toutes lettres par Georges Forestier
    • Molière et Madeleine Béjart : le ballet des incompatibles par Nicole Aronson
    • Molière ou l'Auteur imaginaire ? par Hippolyte Wouters et Christine de Ville de Goyet
  • 1991 – Mirages de la farce : fête des fous, Breugel et Molière par Thierry Boucquey
    • Molière côté jardin, côté cour par Max Vernet
  • 1992 – Molière par Alain Couprie
    • Molière à l'école républicaine : de la critique universitaire aux manuels scolaires, 1870-1914 par Ralph Albanese
    • Molière et la comédie classique, extraits des cours de Louis Jouvet au conservatoire, 1939-1940
    • Molière ou L'esthétique du ridicule par Patrick Dandrey
    • Les mots de Molière : les quatre dernières pièces à travers les nouvelles technologies par Hubert de Phalese
  • 1993 – Molière par Fernand Égéa
    • Molière, une vie pour le théâtre par Isabelle Jan, illustré de Véronique Ageorges [j]
    • Molière en son temps par Jürgen Grimm
    • Molière et ses comédies-ballets par Charles Mazouer
  • 1994 – Molière ou Le prix des choses : morale, économie et comédie par Pierre Force
    • Molière : biographie, étude de l'œuvre par Mireille Cornud-Peyron
  • 1995 – Molière jour après jour par Jacques Weber
  • 1996 – Molière et la farce par Bernadette Rey-Flaud
    • Quand Jean-Baptiste joue du Molière : essai par Constant Venesoen
  • 1997 – Molière ou L'éternel baladin par Jackie Landreaux-Valabrègue, illustré par Bruno Mallart [j]
    • Molière ou La liberté mise à nu par Georges-Arthur Goldschmidt
  • 1998 – La carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs par C.E.J. Caldicott
    • La médecine et la maladie dans le théâtre de Molière par Patrick Dandrey
    • Molière par Roger Duchêne
    • Théâtralité dans l'œuvre de Molière par Marco Baschera
  • 1999 – Molière & ses personnages par Thierry Colignon et Christine Monnet [j]
    • Molière, l'homme-théâtre par Bernard Combeaud
    • Molière, philosophie par Olivier Bloch
    • Les sources de Molière : répertoire critique des sources littéraires et dramatiques par Claude Bourqui
  • 2000 – Molière l'inventeur : 'c't avec du vieux qu'on fait du neuf' par Roger Pensom
    • Molière ou L'essence du génie comique par Ramon Fernandez
    • Le théâtre de Molière : une dynamique de la liberté par Joseph Pineau
    • Variations comiques : les réécritures de Molière par lui-même par Brice Parent
  • 2001 – Molière-Corneille : les mensonges d'une légende par Philippe Vidal
    • Poquelin par Molière : entretiens avec l'homme et l'artiste par Robert Manuel, Marie-Silvia Manuel
    • Savoir et économie dans l'œuvre de Molière par Richard Sörman
  • 2002 – L'impossible social selon Molière par Ran-E Hong
  • 2003 – Corneille dans l'ombre de Molière : histoire d'une découverte par Dominique Labbé
    • Molière par Georges Bordonove
    • Molière par Blandine Bricka
    • Molière à l'école italienne : le lazzo dans la création moliéresque par Claude Bourqui, Claudio Vinti
    • Molière : une vie, une œuvre par Karine Delobbe [j]
    • Le théâtre de Molière au Portugal au XVIIIe siècle : de 1737 à la veille de la révolution libérale par Marie-Noëlle Ciccia
  • 2004 – L'affaire Molière : la grande supercherie littéraire par Denis Boissier
    • Molière par Brigitte Labbé, Michel Puech, illustré par Jean-Pierre Joblin [j]
    • Molière par Alain Niderst
    • Molière : portrait de la France dans un miroir (1673-1973) : étude bibliographique sur la construction du portrait de Molière par les Français, thèse de Gérard More
  • 2005 – Les cent ans du Théâtre Molière de Sète, 1904-2004 par Simone Lacomblez
    • Du petit Poquelin au grand Molière par Kerbraz, illustré par Lalex [j]
    • Molière par Sylvie Dodeller [j]
    • Molière, dramaturge libertin par Antony McKenna
    • Molière : les armes de l'esprit par Catherine Axelrad
  • 2006 – "Ôte-moi d'un doute" : l'énigme Corneille-Molière par Jean-Paul Goujon, Jean-Jacques Lefrère
  • 2007 – L'affaire Corneille-Molière ou Molière prête-nom de Corneille et bouffon du roi : biographies associées de Corneille et Molière par Denis Boissier
    • Molière par Christophe Mory
    • Poétique de Molière : comédie et répétition par Jean de Guardia
  • 2008 – Molière : l'illustre voyage de A à Z par Georges Bégou
    • Tout savoir sur l'affaire Corneille-Molière par Denis Boissier
  • 2009 – Et Molière devint dieu : Molière et les moliéristes au XIXe siècle par Claude Alberge
    • Molière, comique et communication par Olivier Bloch
  • 2012 – Lecture socio-politique de l'épicurisme chez Molière et La Fontaine par John H. Mazaheri
    • Molière sous les feux de la rampe par Noël Peacock
    • Le rire de Molière par Michael Edwards
  • 2013 – Molière et le monde médical au XVIIe siècle par Christian Warolin
  • 2014 – Les médecins de Molière au chevet de Louis XIV par Jean-Louis Vanherweghen
    • Tel était Molière par Georges Poisson
  • 2015 – Les décors de Molière : 1658-1674 par Philippe Cornuaille
    • Le mystère Molière par Jacques Lorcey, en 2 volumes
    • Le Paris de Molière par Jacqueline Razgonnikoff
  • 2016 – La Fontaine, Molière : la plume & le masque par Gilles de Becdelièvre
    • Molière et Shakespeare ou Les frères amis par Michel Edwards
    • L'ultime Molière : vers un théâtre éclaté par Stephen H. Fleck
  • 2017 – Le grand Molière illustré par Caroline Guillot
    • Michel Bouquet raconte Molière par Michel Bouquet
    • Molière par Jean-Michel Coblence, Elléa Bird [j]
    • Mon cher Molière par Isabelle Wlodarczyk [j]
  • 2018 – La fabuleuse histoire de Jean-Baptiste Poquelin dit Molière par Claude-Catherine Ragache
    • Molière par Georges Forestier
    • Molière aux éclats : le rire de Molière et la joie par Pascal Debailly
    • Molière des romantiques, sous la direction de Olivier Bara, Georges Forestier, Florence Naugrette et Agathe Sanjuan
    • Molière vu par une ado par Cécile Alix, illustrations, Chadia Loueslati [j]
    • Renouveau et renouvellement moliéresques : reprises contemporaines, sous la direction de Mary J. Muratore
  • 2019 – Molière mon Dieu par Francis Huster
Films
  • 1960 – La préciosité[59] par Denise Billon
  • 1961 – Molière et l'amour[60] par André Leroux
    • Le quiproquo[61] par André Leroux
  • 1965 – Molière[62] par Jacques Audollent
  • 1974 – Molière aujourd'hui[63] par Pierre Gavarry
  • 1975 – Molière par Jacques Demeure
  • 1995 – Molière : 1622-1673 par Jean-Louis Cros
  • 1998 – La grâce chez Molière et chez La Fontaine : amphitryon, fables par Charles Dubois
  • 2005 – Molière vu par Jean-Michel Ribes par Martin Meissonnier

Sources

  1. 1,00, 1,01, 1,02, 1,03, 1,04, 1,05, 1,06, 1,07, 1,08, 1,09, 1,10, 1,11, 1,12, 1,13, 1,14, 1,15, 1,16, 1,17, 1,18, 1,19, 1,20, 1,21, 1,22, 1,23, 1,24, 1,25, 1,26, 1,27, 1,28, 1,29 et 1,30 Documents iconograhiques - Notice BnF
  2. Doucment iconographique - Notice BnF
  3. Document iconographique - Notice BnF
  4. Document iconographique - Notice BnF
  5. Document iconographique - Notice BnF
  6. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  7. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  8. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  9. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  10. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  11. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  12. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  13. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  14. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  15. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  16. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  17. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  18. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  19. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  20. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  21. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  22. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  23. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  24. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  25. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  26. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  27. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  28. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  29. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  30. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  31. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  32. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  33. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  34. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  35. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  36. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  37. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  38. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  39. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  40. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  41. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  42. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  43. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  44. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  45. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  46. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  47. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  48. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  49. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  50. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  51. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  52. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  53. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  54. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  55. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  56. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  57. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  58. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  59. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  60. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  61. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  62. Consultable sur Gallica - Notice BnF
  63. Consultable sur Gallica - Notice BnF

Navigation

Écrivains
Antiquité
AristophaneDracontiusEschyleEsopeEuripideHomèreAemilius MacerOvidePlauteSophocleTite-LiveVirgile
Moyen-Âge
Alexandre de BernayThomas d'Angleterre Benoît de Sainte-MaureBernard de VentadourBéroulBlondel de NesleJean BodelRobert de BoronChrétien de TroyesConon de BéthuneEudes de DeuilGace BruléGauthier de CoincyGeoffroi de VillehardouinHélinand de FroidmontThomas MaloryMarie de FranceGeoffroy de MonmouthCharles d'OrléansMarco PoloRudakiWace
XVIe siècle
Joachim du BellayClément MarotMichel de MontaigneThomas MoreFrançois RabelaisPierre de Ronsard
XVIIe siècle
Nicolas BoileauPierre CorneilleJean de La FontaineMolièreCharles PerraultJean RacinePierre Roullé‎Madame de SévignéWilliam Shakespeare
XVIIIe siècle
BeaumarchaisDaniel DefoeDenis DiderotPierre Choderlos de LaclosMarivauxMontesquieuJean-Jacques RousseauVoltaire
XIXe siècle
Hans Christian AndersenHonoré de BalzacThéodore de BanvilleCharles BaudelaireLewis CarrollChateaubriandTristan CorbièreGeorges CourtelineGeorges FeydeauGustave FlaubertGypVictor HugoAlphonse de LamartineLeconte de LisleJean LorrainStéphane MallarméGuy de MaupassantAlbert MératAlfred de MussetGérard de NervalEdgar Allan PoeArthur RimbaudStendhalRobert Louis StevensonJules VallèsEmile Verhaeren‎Paul Verlaine‎Jules VerneÉmile Zola
XXe siècle
Henri AmourouxGuillaume ApollinaireSamuel BeckettErwan BergotJorge Luis BorgesHenri BoscoAlbert CamusFrancis CarcoMaurice CarêmeLouis-Ferdinand CélineJacques CharpentreauRobert DesnosBirago DiopConan DoyleRoland DubillardBret Easton EllisAchille EssebacEugène GuillevicAbel HermantFelice Holman‎Michel HonakerEugène IonescoMax JacobJean JoubertJoseph KesselJean-Marie Gustave Le ClézioGaston LerouxJack LondonJean-Luc MoreauNorgeGeorges PerecJacques PrévertRaymond QueneauJean RenautJacques Roubaud‎Claude RoyCornelius RyanAntoine de Saint-ExupéryJean-Paul Sartre‎Léopold Sédar SenghorJules SupervielleJean Tardieu Michel Tournier ‎Boris VianJoseph Zobel
XXIe siècle
Édith AzamHugues BeaujardFrédéric BeigbederBéatrice BottetJean-François ChabasMarc DugainTimothée de Fombelle Anna GavaldaÉlisa GéhinPhilippe GrimbertMichel HouellebecqJoël JouanneauÉdouard LouisDorota MasłowskaHélène MontardreSusie Morgenstern ‎Michael MorpurgoChristel MouchardMarie-Aude MurailBéatrice NicodèmeVirginie Ollagnier‎Jean-Michel PayetLolita PilleEmmanuelle PireyreFrançois PlaceMichel QuintPam Munoz RyanLydie SalvayreAlain SerresLouise SimardJean-Pierre SiméonAbdellah Taïa
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .