FANDOM



Sa vieModifier

Thomas More est né d'un père avocat et chevalier. Il devient très vite membre du mouvement humaniste mais c'est également un philosophe anglais.

Dès 1496, More étudie à l'université d'Oxford, puis dans une école de droit à Lincoln's Inn. On le décrit comme un étudiant doué, d'une énergie débordante et joyeuse parlant en grec et en latin avec une grande aisance. Il rencontre Erasme en 1499 qui en fait l'éloge. En 1504, More devient membre du Parlement. En 1505, il se marie avec Jane Colt, avec qui il aura plusieurs enfants , mais Jane décède en 1511 et More se remarie avec Alice Middleton.

Après s'être opposé aux taxes demandées par Henri VII, il se retire quelques temps en France en 1508. More hésite longtemps entre vie religieuse et vie politique, mais préfère la vie politique . En 1509, l'arrivée au pouvoir d'Henri VIII permet à More d'être nommé maître des requêtes, le Roi lui confie alors plusieurs missions aux Pays-Bas et en France, puis plus tard en Espagne en tant que Chancelier du Royaume (en 1529). A 21 ans, il s'inscrit au barreau, et enseigne ensuite le droit jusqu'en 1510. A partir de là, More devient avocat pour les marchands de la ville, puis il est élu comme sous-shérif par les Londoniens. En 1516, il fait paraitre L'Utopie et en 1523 participe au scandale concernant les thèses luthériennes .

En 1530, suite à l'affaire du schisme de l’église anglicane, Thomas More tente plusieurs fois de démissionner, et le roi finit par accepter en 1532. En 1534, il est accusé de complot avec une nonne, il est donc très rapidement emprisonné à la tour de Londres (quatre jours après son refus d'obéissance à l'Acte de succession du Parlement). Le 1er juillet 1535, Thomas More est amené devant les juges, il est accusé de haute trahison et condamné, puisqu'il a refusé la validité de l'Acte de Succession. Il est d'abord condamné à être pendu mais le roi change la sentence en décapitation.Le 6 juillet 1535, More est amené à l'échafaud pour être exécuté et son corps est enterré à la tour de Londres, dans une tombe anonyme.

Son œuvreModifier

Nombreux sont ses écrits, nous n'en mentionnons ici que quelques uns :

  • 1516 : L'Utopie (De optimo rei publicæ statu, deque nova insula Utopia)
  • 1520 : Epigrammata
  • 1523 : Responsio ad Lutherum
  • 1535 : La tristesse du Christ (De Tristitia Christi)

SourcesModifier


NavigationModifier

Écrivains
Antiquité
AristophaneEschyleEuripideHomèreSophocle
Moyen-Âge
Chrétien de TroyesThomas MaloryGeoffroy de MonmouthWace
XVIe siècle
Thomas MoreFrançois Rabelais
XVIIe siècle
Nicolas BoileauPierre CorneilleJean de La FontaineMolièreJean RacinePierre RoulléWilliam Shakespeare
XVIIIe siècle
BeaumarchaisDiderotLaclosMarivauxMontesquieuRousseauVoltaire
XIXe siècle
BalzacThéodore de BanvilleCharles BaudelaireLewis CarrollChateaubriandTristan CorbièreGustave FlaubertGypVictor HugoLeconte de LisleJean LorrainStéphane MallarméMaupassantAlbert MératMussetPoeArthur RimbaudStendhalStevensonÉmile Zola
XXe siècle
Henri AmourouxGuillaume ApollinaireSamuel BeckettErwan BergotBorgesAlbert CamusFrancis CarcoCélineConan DoyleBret Easton EllisAchille EssebacAbel HermantGaston LerouxGeorges PerecJacques PrévertCornelius RyanJean-Paul SartreBoris VianJoseph Zobel
XXIe siècle
Édith AzamFrédéric BeigbederMarc DugainAnna GavaldaPhilippe GrimbertÉdouard LouisDorota MasłowskaVirginie OllagnierLolita PilleEmmanuelle PireyreMichel QuintLydie SalvayreAbdellah Taïa
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .